Le Pays Cœur d’Hérault recherche un.e stagiaire pour comprendre les pratiques viticoles et les problèmes des viticulteur.rice.s pour mieux les accompagner dans le cadre du PAT

Proposition de stage de 6 mois au Sydel du Pays Coeur d’Hérault Fin d’études d’ingénieur.e agronome ou Master 2 en sociologie ou en géographie

Mots-clés

Viticulture, transition, gouvernance participative et inclusive, diversification, projet alimentaire territorial, méthode GERDAL

Cadre : le Projet Alimentaire Territorial du Pays Coeur d’Hérault

Cette offre de stage s’inscrit dans le cadre du Projet Alimentaire Territorial (PAT) du Pays Cœur d’Hérault, qui rassemble 77 communes au nord-ouest de Montpellier. Ce PAT 3D, « Démocratique, Durable et Décloisonné », s’articule autour d’un axe transversal de gouvernance partagée et concertée, et de 4 axes thématiques pour agir collectivement sur la valorisation du foncier non urbanisé, la préservation de la biodiversité et de la ressource en eau, la solidarité alimentaire et la coopération entre les acteur.rice.s de la chaîne alimentaire. Le PAT 3D est né d’une importante concertation sur le territoire en 2019, à l’initiative du Conseil de Développement (Codev) du Pays Cœur d’Hérault (organe de représentation de la société civile) : les États Généraux de l’Alimentation et de l’Agriculture Durables (EGAAD). Un Conseil Scientifique, composé de chercheur.euse.s de l’INRAE et de l’Institut Agro notamment, participe à la mise en œuvre de ce PAT depuis sa construction et permet annuellement le co-encadrement de stages en faveur de la réflexivité et de l’innovation.

Contexte

Le Pays Cœur d’Hérault présente un paysage à forte dominante viticole, en particulier dans sa partie sud. Depuis quelques années, la viticulture est toutefois en crise pour diverses raisons (économiques, climatiques, coûts de l’énergie, augmentation des matières premières) et un certain flou subsiste sur comment l’ensemble des viticulteur.rice.s du territoire perçoit, vit et s’adapte à la crise. Face à cette nouvelle réalité, certains viticulteur.rice.s cherchent à se diversifier vers l’arboriculture ou encore la production de céréales. Certaines structures d’accompagnement agricole proposent des formations pour tendre vers cette diversification agricole qui s’inscrit dans les objectifs du PAT. Cependant, ces nouveaux profils ne représentent qu’une minorité.

Problématiques

A l’heure actuelle, le PAT du Pays Cœur d’Hérault propose peu d’actions en lien avec la viticulture alors que les viticulteur.rice.s représentent une part importante de la population agricole du territoire. Le stage a pour objectif de traiter les problématiques suivantes : où en sont aujourd’hui les viticulteur.rice.s du territoire dans leurs pratiques ? Comment les viticulteur.rice.s du territoire vivent et perçoivent-ils / elles la crise ? Quelles sont les dynamiques, collectives ou non, et réseaux qui s’intéressent à la question ? Sous quel angle (questionnement, problèmes perçus) ? Comment, au sein de ces professionnels, sont perçues les évolutions (minoritaires) observées ? Comment le PAT pourrait-il contribuer à résoudre les préoccupations des viticulteur.rice.s, tout en restant en phase avec ses objectifs d’agriculture nourricière et/ou de préservation de la biodiversité et de la ressource en eau ? Si oui, quelles actions pourraient être mises en œuvre dans le cadre du PAT pour inclure la population viticole dans son plan d’actions ? Quels liens existent entre 1) les viticulteur.rice.s du territoire, 2) les viticulteur.rice.s et les autres agriculteur.rice.s du territoire 3) les viticulteur.rice.s et les organismes d’appui agricoles et les acteur.rice.s de la filière (coopératives en particulier) ?

Disciplines abordées

Ce stage de Master 2 (ou de fin d’études d’ingénieur.e agronome) de 6 mois s’inscrit donc sur des thématiques liées à la sociologie, la géographie et à l’économie agricole.

Missions du stagiaire

  • Réaliser des entretiens auprès des viticulteur.rice.s pour comprendre leurs pratiques et les conceptions associés à ces pratiques (système de normes locales), leurs projets, leurs préoccupations, leurs stratégies pour rebondir face à la crise, leurs réseaux socioprofessionnels.
  • Enquêter des structures d’accompagnement agricole et des groupements (coopératives, syndicats agricoles) pour compléter cette vision.
  • Mettre en place des focus groupes au sein des caves coopératives du territoire pour faire ressortir collectivement des actions à intégrer dans le PAT
  • Proposer des pistes d’actions à conduire dans le cadre du PAT pour répondre à certains enjeux viticoles ressortis en entretiens et des formes de dispositifs d’accompagnement adaptées

En parallèle, il ou elle pourra :

  • Évaluer les freins et leviers à un système viticole diversifié chez ces mêmes viticulteur.rice.s (ont-ils / elles déjà un système diversifié ? Sinon quelles sont les raisons, quels sont les freins ?)
  • Étudier la perception des viticulteurs.trices de la dépendance de leur activité à la ressource en eau
  • Échanger avec les gestionnaires d’eau agricole (ASA, BRL, ARS, CLE) sur les autres besoins que ceux de la viticulture sur les territoires desservis.

L’analyse des résultats de l’enquête conduira à la rédaction d’un mémoire et d’un 4 pages à destination des élu.e.s, des agriculteur.rice.s et du grand public. Les résultats devront déboucher sur des propositions opérationnelles pour le PAT à appliquer sur le court, moyen et long terme. Selon les avancées, un atelier participatif avec les personnes enquêtées pourra être organisé en guise de restitution. Il pourra s’inscrire dans la démarche opérationnelle de la méthode GERDAL, pour valider avec les personnes enquêtées, la compréhension et la lecture qui a été faite de leurs préoccupations. La personne recrutée participera à la vie du PAT (séminaires, réunions de suivi des axes foncier, agroécologie et gouvernance).

Déroulement du stage

Le travail se découpera en 3 phases :

  • Mois 1 : travail bibliographique, préparation des grilles d’entretien. Initiation à l’approche GERDAL pour appréhender les entretiens. Identification de l’échantillon et de la zone cibles des entretiens. Prise de contacts avec quelques viticulteur.rice.s et autres personnes ressources (coopératives, organisations professionnelles…) pour évaluer la meilleure période pour proposer des entretiens durant la phase 2 mais aussi pour la restitution des résultats.
  • Mois 2 à 4 : réalisation des entretiens semi-directifs ou focus groupe avec les viticulteur.rice.s et les structures d’accompagnement agricole + filière, retranscription, début d’analyse.
  • Mois 5 et 6 : fin d’analyse, rédaction du mémoire universitaire. Échanges sur l’articulation des résultats avec les autres actions du PAT.

Le stage sera encadré par Julie Pessard, chargée de mission foncier au Sydel du Pays Cœur d’Hérault et Carole Lambert, ingénieure d’études à l’Institut Agro (service DEFIS), associée au Gerdal.

Profil recherché

  • Dernière année d’études d’ingénieur agronome ou Master 2 en sociologie ou en géographie
  • Une première expérience d’enquêtes qualitatives et de leur analyse est nécessaire, une connaissance du monde agricole est également requise
  • Goût pour l’animation d’entretiens et d’ateliers collectifs
  • Rigueur et organisation
  • Autonomie
  • Capacités d’analyse, de rédaction et de synthèse
  • Esprit d’initiative
  • Aisance relationnelle
  • Permis B nécessaire

Réalisation du stage

Stage de 6 mois localisé dans les locaux du Sydel du Pays Cœur d’Hérault (à Saint-André-de-Sangonis), avec des possibilités de télétravail. Gratification de 4,35de l’heure, selon la réglementation en vigueur, 35h par semaine. Les frais de déplacement seront pris en charge. Des voitures de service mutualisées pourront être utilisées. Envoyer un CV et une lettre de motivation (sous la forme : Nom_Prénom_CV et Nom_Prénom_LM) à julie.pessard@coeur-herault.fr et carole.lambert@supagro.fr.

Date limite de candidature : 28 janvier 2024

Date des entretiens : première et deuxième semaine de février

Date de recrutement souhaitée : mi-mars 2024 (ajustable avant ou après)

Conseils de lecture pour mieux appréhender la problématique et l’historique du PAT :

  • Nougarèdes, B., Giraud, S., Clément, C., Ruault, C., Lambert, C. & Rixen, A. (2022). Construire un système alimentaire territorial durable : Chronique d’une concertation territoriale en Pays Cœur d’Hérault, France. Norois, 262, 79‑99. https://doi.org/10.4000/norois.11825
  • Michel L., Soulard C-T. & Chia E. (2018). Comprendre la faible participation des agriculteurs à la gouvernance territoriale. Revue européenne des sciences sociales, 56-1.

URL : http://journals.openedition.org/ress/4007; DOI : https://doi.org/10.4000/ress.4007

  • Darré, JP. (2006). La recherche co-active de solutions entre agents de développement et agriculteurs. Ed. Gret – Cnearc – Gerdal.

https://www.gerdal.fr/publications/la-recherche-co-active-de-solutions-entre-agents-de-developpeme nt-et-agriculteurs/

Avec le soutien financier de :