Les PAT au centre d’une journée sur l’alimentation durable dans les espaces ruraux

Le 13 octobre dernier, les Espaces naturels régionaux (ENRx) des Hauts-de-France et l’Association de chercheurs « Développement durable & Territoires » co-organisaient une journée « alimentation durable dans les territoires ruraux : enjeux et dynamiques » à la Maison de la Recherche de l’Université d’Arras.

Cette journée du type « recherche et société » apportait pour chaque temps de discussion et dans chaque atelier le regard critique d’un chercheur « expert » du sujet confronté aux expériences d’acteurs de terrain.  80 participants étaient présents et une vingtaine de participaient en visio-conférence, avec près d’un tiers issu de l’enseignement et la recherche. Nicolas Rouget, maître de conférences en géographie et chercheur associé au RnPAT, était le grand témoins de la journée.

Cette journée visait à aborder un certain nombre de questions autour de l’alimentation durable sur les territoires avec une entrée rurale. Une première table ronde a traité des relations producteurs consommateurs avec une entrée accessibilité de l’alimentation.

Le RnPAT, intervenait dans la seconde table ronde sur « le rôle des collectivités dans la transition alimentaire », aux côtés de 2 élus qui ont présenté leur PAT, Amaury Caulier de la Communauté de communes Somme Sud-Ouest et Véronique Thiébaut de la Communautés de communes du Sud-Artois, de Noémie Hilmoine, du Tiers lieux espace test agricole Le Germoir d’Ambricourt et de Marine Bré-Garnier, doctorante CIFRE de l’Université Paris-Nanterre et l’Université polytechnique Hauts de France.

Les échanges sont revenus sur le rôle des collectivités locales pour faciliter l’implication des agriculteurs dans les PAT, sur les difficultés des coopérations territoriales et les risques de concurrence entre PAT autour de l’approvisionnement en produits locaux, sur le besoin d’ingénierie.

De premiers résultats de l’Observatoire national des PAT sur la dynamique de début de second cycle ont été livrés avec des questionnements sur l’échelle pertinente que laisse voir la multiplication par 2,8 du nombre de Communautés de communes porteuses de PAT (passant de 45 à 127) comparée à celle du nombre de territoires de projets, passant de 58 à 96 soit une multiplication par 1,6. Les questions du rôle opérationnel versus stratégique et de ce qui rend un territoire pertinent pour un projet alimentaire sont ressorties à cette occasion. Les spécificités du mangeur rural et la force du dispositif PAT pour sortir des corporatismes et de l’entre soi et enfin le besoin de plus de cohérence entre politique locale, politique nationale et politique européenne. Ces résultats viennent de paraître dans le PATnorama n°4.

Trouver ici le lien vers la rediffusion de la plénière de la matinée

L’après-midi des échanges en ateliers sur 4 thématiques (en lien les vidéos de rediffusion des ateliers) :

  1. Signes de reconnaissance, filières de qualité et développement durable des territoires
  2. Production locale et conditions de travail de l’exploitant
  3. Races locales, écopâturage et gestion du foncier public
  4. Justice alimentaire et circuits courts

Trouver ici le lien vers la rediffusion des restitution des ateliers et conclusions de la journée

Une journée d’une grande richesse faite d’échanges, de propositions, de rencontres, et de perspectives !

Avec le soutien financier de :